Le Bruit Blanc et le Bruit Rose : voici les Différences

rumore bianco e rumore rosa: le differenze - foto1

Dans le domaine de l’acoustique, les gens demandent souvent quelle est la différence entre le bruit blanc et le bruit rose. Les systèmes de masquage sonore sont souvent décrits comme des « machines à bruit blanc » ou des « systèmes d’enceintes à bruit rose ». En fait, au sens large, on peut dire qu’ils sont une combinaison des deux. Le bruit blanc a la même intensité sonore à toutes les fréquences, tandis que le bruit rose diminue d’intensité à mesure que la fréquence augmente. Cet aspect est une bonne chose, car les hautes fréquences sont souvent « sifflante » pour l’oreille humaine et peuvent être source d’inconfort ou de distraction tout au long de la journée.

Comme nous avons pu le comprendre au paragraphe précédent, le bruit blanc et le bruit rose ont chacun leurs propres particularités et sont utilisés pour contraster l’effet sonore qui se créerait dans des environnements très fréquentés ou caractérisés par de grands espaces. Il est donc souvent utile d’utiliser une combinaison des deux plutôt que d’opter pour des solutions où un seul est présent au détriment de l’autre.

Les systèmes avancés de masquage sonore combinent en fait le bruit blanc et les spectres roses dans une courbe dont il a été prouvé empiriquement qu’elle atténue mieux les bruits indésirables. . Le spectre est ajusté sur le terrain en fonction de l’épaisseur des panneaux du faux-plafond acoustique, qui bloque plus facilement les hautes fréquences.

rumore bianco e rumore rosa: le differenze - foto1

Les systèmes à bruit blanc

Le bruit blanc, à toutes les fréquences, a le même niveau de décibels ; il peut également être décrit comme étant un bruit statique. Cette seule caractéristique peut toutefois être gênante pour l’oreille humaine qui, justement, est plus sensible aux sons aux tonalités élevées. Un bruit à 50 dB mais avec une fréquence de 125 Hz, par exemple, est beaucoup moins gênant qu’un son ayant les mêmes décibels mais avec une fréquence de 2000 Hz.

À quoi devrait ressembler le bruit blanc?

En général, le bruit blanc doit être suffisamment fort pour couvrir les autres sons indésirables, que ce soit à la maison ou dans un espace de travail. Ce niveau minimum ne lui permet pas d’être gênant, mais, en même temps, ni d’éviter les éventuelles distractions ou perturbations par rapport aux sons présents dans le même environnement. En pratique, ce qui vient d’être décrit se traduit, par exemple, par le réglage du niveau de bruit blanc à environ 43-45 dBA(Décibels A qui mesurent la variation de l’intensité sonore en fonction de la plus grande sensibilité de l’oreille humaine) dans les bureaux fermés et 45-48 dBA dans les bureaux ouverts. Toutefois, il convient de noter que ces niveaux peuvent varier en fonction des différentes circonstances à évaluer au cas par cas.
Dans les zones où les problèmes de bruit sont importants, il est possible d’augmenter le niveau jusqu’à 50 dBA ; au-delà de ce seuil, l’effet commence à s’estomper, car même le bruit blanc constituerait une gêne.

Bruit rose et bruit blanc : les conclusions

Globalement, le bruit blanc et le bruit rose sont tous deux des spectres de masquage sonore utilisés pour couvrir les sons indésirables. Le bruit blanc est statique, et est le même à toutes les fréquences – hautes et basses. À l’inverse, le bruit rose diminue aux fréquences élevées si bien qu’il ne gêne pas les individus présents dans un espace ou un environnement donné. Les systèmes de masquage sonore utilisent un mélange de ces spectres sur la base du panneau du faux-plafond et d’autres facteurs dans l’espace pour déterminer ce qui est le mieux pour régler et équilibrer le système.